by admin

Les origines de la réflexologie

juin 4, 2013 in Réflexologie by admin

La question reste entière à ce jour.  Se pourrait-elle être une forme archétypale de thérapie que l’on retrouve un peu partout dans le monde?  C’est ce que je crois.  Comme l’écrit Christine Issel dans son excellent livre : Reflexology : Art, Science & History: « Aucune culture ne peut prétendre avoir « découvert » la réflexologie car, pour améliorer la santé, différentes manières de travailler sur les pieds ont été utilisées par des gens de partout dans le monde et ce depuis la nuit des temps ».   Aujourd’hui encore, nous ne pouvons déterminer avec certitude l’histoire exacte de la réflexologie.  Des traces de travaux sur les pieds sous la forme de tableaux ou de statues ont été retrouvées en Inde, au Japon, en Chine et en Europe mais aucun document écrit n’a été découvert à ce jour.

Les plus anciennes documentations qui pourraient être interprétées comme illustrant l’usage de la réflexologie se retrouve en Egypte, dans les villes de Giza et de Saqqara.  A Saqqara, c’est la tombe du médecin Ankhmahor, l’homme le plus influent après le roi que l’on retrouve sur l’un des six murs le pictogramme d’une scène montrant une pratique de réflexologie.

(Reproduction que vous pouvez admirer sur l’image ci-dessous).

Papyrus égyptien

Selon l’institut de Papyrus au Caire et le livre de A. Badawy The tomb of Nyhetep-Ptah at Giza and the Tomb of Ankhmahor at Saqqara 1975, p.19, les hiéroglyphes sculptés au dessus de la scène de soin des mains et des pieds se lisent ainsi :

Lignes-Hieroglyphe-p1

« Fais que ceci donne (à nouveau) de la force ».
Commentaire : cette phrase est mise dans la bouche du patient qui se plaint de sa main affaiblie et qui souhaite que les soins apportés par le médecin lui rende sa force.

Lignes-Hieroglyphe-p2

« Je vais agir pour te contenter, (ô) seigneur ».
Commentaire : réponse du praticien selon une formule courante.

Lignes-Hieroglyphe-p3

« Ne fais pas souffrir ceci ».
Commentaire : le patient semble avoir peur que le praticien fasse mal à ses orteils.
by admin

La réflexologie : une image vaut mille mots.

mai 24, 2013 in Réflexologie by admin

C’est grâce à Hanne Marquardt*, réflexologue allemande chevronnée depuis plus de 50 ans, et son pictogramme situé ci-contre qu’en 2006 la Réflexologie prit tout son sens dans ma pratique.

Depuis cette rencontre, lorsqu’une personne vient me voir pour un traitement de réflexologie, je suis consciente que c’est une personne que je prends dans mes mains quand je tiens ses talons dans mes paumes. Une personne et non ses pieds. N’est-ce pas ce que ce pictogramme dévoile?

Illustration-pied-debout

Hanne Marquardt m’a permis d’appréhender la réflexologie d’une manière unique et voici comment.

En ayant fait pivoter le pictogramme de 90 degrés, une deuxième forme se révèle à nous. La voyez-vous ci-contre?

Percevez-vous la similitude de forme qui existe entre ces deux dessins ? Une personne assise et un pied ?

Illustration-pied-couche

Cette relation pied – personne assise repose à la fois sur l’idée que les pieds sont un micro système d’un macro système appelé le corps d’une personne et sur la similitude de forme. Hanne Marquardt, dans son merveilleux et Oh combien enrichissant livre Manuel de Réflexothérapie podale écrit : « le terme réflexothérapie est couramment utilisé pour décrire le reflet du tout dans ses parties »

Prenons un autre exemple peut-être plus connu : l’Auriculothérapie. Cette méthode, selon Paul Nogier, est fondée sur la similitude de forme entre l’embryon et l’oreille externe.

Bebe-Oreille

La reconnaissez-vous dans ces dessins ci contre?

Regardons maintenant d’un peu plus près le pictogramme et continuons de découvrir la similitude de forme entre une personne assise et un pied. Vu dans sa position verticale, c’est la silhouette d’une personne assise qui se dessine et regardé dans sa position horizontale, c’est la forme anatomique d’un pied qui apparaît. Incroyable. Ne trouvez-vous pas ?

Je vous invite à prendre le temps de vous familiariser avec ce pictogramme : la vision d’une personne assise qui lorsqu’on le pivote à 90 degrés révèle la forme d’un pied.

Une fois ce concept devenu clair, il devient plus facile de reconnaître les nombreuses similitudes de forme qui s’en dégagent. Voyons cela ensemble.

  • le devant (la face ventrale) d’une personne correspond à la face dorsale (dessus) des pieds.
  • le dos d’une personne correspond à la face plantaire des pieds.
  • la tête et le cou de la personne correspondent aux orteils.
  • le thorax et la partie supérieure de l’abdomen de la personne correspondent aux 5 métatarses.
  • la partie inférieure de l’abdomen et la région pelvienne de la personne  correspondent aux os du tarse.
  • les zones des cuisses de la personne correspondent à la partie distale des jambes.

Le squelette des pieds – constitué de 26 os – peut alors s’utiliser comme une carte, un canevas fiable, où il devient facile de localiser avec exactitude les différentes zones du pied.

Depuis que j’ai recours à cette carte dans ma pratique, mes gestes sont devenus plus précis, concis. Cela m’a également permis de ne pas confondre la carte et le territoire. « La carte n’est pas le territoire » disait Alfred Korzybski (1879 – 1950).

Cette carte sert de garde fou et me permet d’être et de rester présente avec le territoire, c’est à dire avec la personne dans son entièreté, son intégralité, tout au long de la session. Cela me permet également d’être et de rester à l’écoute de ce que la personne, au travers de ses pieds, révèle et me dit.

Toujours grâce à cette carte, il m’est beaucoup plus facile de rester en lien avec l’Intelligence du corps de la personne avec qui je suis en lien, de sentir la Vie qui anime cette personne.

Le Docteur Rollin Becker écrit : « La Santé n’est jamais perdue ». Cet adage est au cœur même de mon travail lorsque je rencontre et accompagne une personne. Et je remarque également, une fois le traitement terminé, que la personne se sent plus en contact avec elle-même et ses pieds, plus sereine, plus vibrante.

* Hanne Marquardt, née en 1933 , infirmière diplômée, naturopathe, réflexologue chevronnée depuis plus de 50 ans, a créé 15 écoles de réflexologies en Allemagne, où elle vit, et à l’étranger. Elle donne régulièrement des conférences à travers le monde. Un seul de ses livres est traduit en français : Manuel de réflexothérapie podale paru aux éditions Maloine.